Le doigt à ressaut

Libération du tendon pour blocage

Qu’appelle t’on le doigt à ressaut ?

Le doigt à ressaut ou « ténosynovite chronique sténosante » est une cause fréquente de douleurs des doigts avec ou sans blocage. Cela survient à la suite d’une inflammation du tendon fléchisseur (tendon permettant de plier le doigt) ce qui créer un nodule intra tendineux et augmente ainsi son diamètre. Le nodule tendineux se bloque dans la gaine digitale et dans les poulies, qu’il faut se représenter comme une succession de tunnel permettant de guider le tendon. Ces blocages gênent le mouvement naturel du doigt en flexion et extension. Le doigt à ressaut peut être présent sur tous les doigts longs et le pouce. Plusieurs doigts peuvent être touchés en même temps, et ce de manière bilatérale. Le doigt à ressaut est le plus souvent idiopathique, c’est-à-dire qu’il survient sans raison particulière. Certaines pathologies comme les maladies rhumatismales et le diabète favorisent l’apparition du doigt à ressaut. Enfin, il existe des formes congénitales chez l’enfant touchant quasi exclusivement le pouce.

Les symptômes

Au début, les symptômes se limitent à des douleurs à la base du doigt. Ensuite avec l’inflammation tendineuse peuvent survenir des sensations d’accrochages ou de grains de sable. Dans la forme typique, il est possible de présenter notamment le matin des blocages intermittents en flexion ou en extension du doigt. Parfois le doigt reste bloqué et le patient ressent le besoin de débloquer manuellement sont doigt avec l’autre main. Avec l’ancienneté peut s’installer une raideur articulaire qu’il conviendra de traiter. A l’extrême il peut exister des lésions tendineuses imposant des gestes de reconstruction.

Les examens complémentaires

Dans la forme typique, aucun examen complémentaire n’est nécessaire.

Le traitement

Si les blocages sont intermittents, il est possible de guérir la maladie au moyen d’infiltration d’anti inflammatoire. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun. C’est une procédure rapide et efficace. Après pose d’un patch d’antalgique local, la main et le point d’infiltration sont désinfectés. L’infiltration est faite à la base du doigt et le produit est diffusé autour du tendon. Ensuite, un pansement est posé pour 24 heures. Il est nécessaire de bouger le doigt immédiatement pour faire diffuser le produit. Le doigt peut être douloureux pendant un à deux jours. Le produit prend trois à quatre semaines à agir complétement. Il n’y a pas de contre-indications en dehors de l’allergie. Le diabète ne constitue pas une contre-indication.
En cas de persistance du blocage, il vous sera proposé soit de réitérer l’infiltration soit de recourir à la chirurgie. Les infiltrations ne doivent pas être répétés trop souvent sous peine de fragiliser le tendon et d’entrainer une rupture secondaire.

Le traitement chirurgical est proposé soit en première ou seconde intention. La chirurgie consiste à libérer le tendon de la poulie à la base du doigt. Cette chirurgie est effectuée sous anesthésie loco régionale, en ambulatoire (hospitalisation en demi-journée).
Une petite incision d’un centimètre et demi est effectuée au pli de flexion du doigt et permet d’ouvrir la gaine tendineuse sur le lieu du blocage. Il s’agit d’un geste rapide et peu douloureux. Dans les suites, la mobilisation active des doigts doit être immédiate. En effet il existe un risque d’enraidissement secondaire si le doigt n’est pas mobilisé immédiatement. Un arrêt de travail de deux semaines est prescrit. Des soins de pansement de la cicatrice par une infirmière sont à prévoir pour quinze jours. Des médicaments antidouleurs par voie orale sont prescrits. Une consultation de contrôle sera prévue trois semaines après l’intervention. Dans les formes vieillies, en cas de difficulté à étendre le doigt, il sera proposé des séances de kinésithérapie ainsi que le port d’une orthèse.

Les résultats

Le traitement chirurgical du doigt à ressaut donne d’excellents résultats.
Il est très rare que le ressaut revienne. Dans sa forme ancienne lorsque le tendon est abimé, l’extension du doigt peut mettre plusieurs semaines à récupérer.

Les risques

– La raideur articulaire, si la mobilisation du doigt en post opératoire a été insuffisante ou si le tendon était abimé par la maladie
– L’infection post opératoire : à évoquer si douleurs anormales pulsatiles
– Des lésions nerveuses ou artérielles sont décrites dans la littérature mais restent exceptionnels
– Algodystrophie : elle peut être déclenchée après un traumatisme de la main, même mineur. Nous pouvons comparer ce phénomène à une allergie à la douleur. Elle évolue sur plusieurs mois avec des phases plus ou moins douloureuses ou inflammatoires. La main devient gonflée, rouge, chaude et douloureuse.

Nous contacter

Hôpital privé Armand Brillard
3-5 Avenue Watteau, 94130 Nogent-sur-Marne

Consultations :
01 43 94 80 21
Service des Urgences :
01 48 71 50 50
Secrétariat :
06 72 26 11 64

contact@imcep.fr